Patients cancereux et
leur famille

La radiothérapie c’est quoi ? Les patients et leur famille peuvent trouver ici des informations sur des traitements par radiothérapie en Belgique.

Accéder

Professionnels de santé en radiothérapie

En tant que professionnel de santé vous connaissez la base de la radiothérapie. Les pages suivantes vous informeront davantage.

Accéder

Décideurs de politique de santé en radiothérapie

La radiothérapie diffère d’autres spécialités médicales. Ces paragraphes discutent des initiatives de qualité et du rapport efficacité-coût.

Accéder

Home > Actua

Actua

Cancer de la prostate à haut risque: une radiothérapie double la survie

Dans le cancer de la prostate à haut risque, l'hormonothérapie ne devrait pas suffire. L'ajout de la radiothérapie permet de limiter l'évolution péjorative, encore fallait-il le démontrer. C'est ce que vient de réaliser le SPCG-7 (Scandinavian Prostate Cancer Group-7) dans une publication récente du Journal of European Urology. 

Dans le cancer de la prostate à haut risque, le risque de développement de métastases est élevé et on peut raisonnablement s'interroger sur la validité d'une radiothérapie locale ajoutée à l'hormonothérapie systémique. Dans une première étude publiée (1) en 2009, le "Scandinavian Prostate Cancer Group-7"avait dans une phase 3 randomisée, inclut 875 patients avec un cancer de la prostate localement avancé (stade T3, N0 M0, PSA < 70 ng / ml), randomisés pour recevoir soit une hormonothérapie seule suivie par flutamide, soit la même hormonothérapie associée à une radiothérapie.

L'hormonothérapie ne suffit pas

A l'issue d'un suivi médian de 7,6 années, les résultats montrent une mortalité plus importante sous hormonothérapie seule comparé à l'association monothérapie/radiothérapie (79 décès versus 37), avec à 10 ans une mortalité globale de 39,4% sous hormonothérapie versus 29,6% sous hormonothérapie + radiothérapie. Le groupe en avait conclu à l'époque que l'hormonothérapie + radiothérapie devenait le nouveau standard de traitement de ces cancers à haut risque.

Un gain de 2,4 ans en survie globale

Aujourd'hui le même groupe présente les résultats actualisés (2) de cette étude de 2009, avec un suivi qui atteint 12 ans. Le collectif de 875 patients contient toujours 90% de cancers à haut risque avec une randomisation entre une hormonothérapie par un blocage androgénique pendant 3 mois suivi du flutamide 250 mg 3x/j, versus l'hormonothérapie + une radiothérapie prostatique à la dose de 70 Gy. Les résultats montrent une mortalité spécifique à 15 ans de 34% dans le bras hormonothérapie versus 17% dans le bras hormonothérapie + radiothérapie (p < 0,001). En finale, c'est une augmentation de 2,4 ans de la médiane de survie globale sous hormonothérapie + radiothérapie. On peut dès lors définitivement en conclure sur base du critère de la mortalité, que la radiothérapie a une valeur ajoutée dans les cancers de la prostate à haut risque.

 

Références:

1. Widmark A, et al. Lancet 2009; Jan 24;373(9660):301-8

2. Fosså SD. et al. Eur Urol. 2016 Mar 26. pii: S0302-2838(16)00278-5 

22 juin 2016

« Retour