Patients cancereux et
leur famille

La radiothérapie c’est quoi ? Les patients et leur famille peuvent trouver ici des informations sur des traitements par radiothérapie en Belgique.

Accéder

Professionnels de santé en radiothérapie

En tant que professionnel de santé vous connaissez la base de la radiothérapie. Les pages suivantes vous informeront davantage.

Accéder

Décideurs de politique de santé en radiothérapie

La radiothérapie diffère d’autres spécialités médicales. Ces paragraphes discutent des initiatives de qualité et du rapport efficacité-coût.

Accéder

Home > Actua

Actua

Du « gagnant-gagnant » dans le traitement du CCIS de faible risque

Parmi les deux groupes des essais contrôlés et randomisés, il y a souvent un gagnant et un perdant. Mais parfois, les résultats sont «gagnant-gagnant. » (« win-win »)

L’évaluation primaire de cette étude randomisée portait sur l'échec local ipsilatéral après une tumorectomie pour CCIS (Carcinome Canalaire In Situ – DCIS en anglais). Parmi les 585 femmes étudiées, 287 femmes ont été traitées par radiothérapie (RT) et 298 ont été suivies par la seule observation. Le suivi médian était de 7 ans, et l'âge moyen des participantes était de 58 ans. Il y eut moins d’échecs locaux dans le groupe RT que dans le groupe d'observation (2 vs 19). À 7 ans, le taux d'échec local était de 0,9% dans le groupe RT (95% d'intervalle de confiance [IC], 0,0% - 2,2%) et 6,7% dans le groupe d'observation (IC à 95%, 3,2% - 9,6%; hazard ratio , 0,11; P <0,001). Tous les patients de l'essai, connu sous le nom de Radiation Therapy Oncology Group (RTOG) 9804, avaient une maladie à faible risque, définie à la mammographie comme un CCIS de grade faible ou intermédiaire d’un diamètre de moins de 2,5 cm, avec des marges de résection de 3 mm ou plus. Il y avait une plus grande toxicité aiguë de grade 1/2 dans le groupe RT que dans le groupe d'observation (76% vs 30%), mais la toxicité de grade 3/4 était similaire dans les deux groupes (4,0% vs 4,2%). La toxicité tardive de la RT était de grade 1 chez 30,0% des patientes traités, de grade 2 chez 4,6%, et de grade 3 chez 0,7%. Les auteurs concluent que les résultats de l'essai (efficacité/toxicité) à la fois permettent d'omettre la RT et confirment que la RT offre l’avantage de réduire le risque de récidive locale.

Source

McCormick B et al. RTOG 9804: A Prospective Randomized Trial for Good-Risk Ductal Carcinoma In Situ Comparing Radiotherapy With Observation. J Clin Oncol. Published online January 20, 2015 (link)

Dr. J. Ninane (www.lejournaldumedecin.com)

23 février 2015

« Retour